Voiture électrique à Paris

Voiture électrique à Paris : 4 bonnes raisons de la choisir

Lutter contre la pollution de l’air et réduire les nuisances sonores générées par les véhicules thermiques font partie des enjeux auxquels les grandes métropoles s’attellent. 

Depuis plusieurs années, Paris s’est ainsi transformée pour améliorer son offre de transports en commun et favoriser les mobilités douces, notamment en développant les pistes cyclables.

Plus silencieux et plus propre, le véhicule électrique est une solution idéale pour les conducteurs qui ne pourraient pas se passer d’une voiture à Paris. 

Choisir ce type de modèle est réellement avantageux pour plusieurs raisons. 

Participer à l’amélioration de la qualité de l’air et la diminution des nuisances sonores

La capitale, zone à faibles émissions 

Dans une zone à faibles émissions (ZFE), seuls les véhicules les moins polluants ont le droit de rouler. La vignette Crit’air y est obligatoire (de même, lorsqu’un système de circulation alternée est mis en place). Il s’agit d’une pastille autocollante qui permet d’identifier le niveau d’émissions polluantes d’une voiture. Elle classe les véhicules selon 6 catégories : de zéro (véhicules 100% électriques) à 5 (pour les véhicules les plus polluants). 

À Paris, depuis juin 2021, seuls les véhicules comportant une vignette de 0 à 3 sont autorisés à rouler (la zone est délimitée par le périmètre de l’autoroute A86 ; elle comprend donc Paris et 79 communes alentour). Début 2024, seuls les véhicules Crit’air 0 et 1 pourront circuler. 

Actuellement, une dizaine de métropoles ont déjà mis en place le dispositif de ZFE, dont Paris. Et d’ici fin 2024, toutes les communes de plus de 150 000 habitants devront avoir créé une ZFE. 

En cas d’infraction, l’amende peut s’élever de 68 € à 450 € (voire entraîner une immobilisation du véhicule). Il en est de même en cas de circulation différenciée, mise en place lors de pics de pollution. 

Disposer d’un véhicule électrique dans les métropoles en général, et à Paris en particulier peut s’avérer être un choix judicieux pour circuler en toute tranquillité. 

Notons aussi que la métropole du Grand Paris s’oriente vers un réseau 100 % électrique d’ici 2030 (seuls les véhicules à vignette Crit’Air 0 seraient alors autorisés à rouler). 

Notons enfin que si vous vivez ou travaillez dans une ZFE, vous pouvez profiter d’une surprime de 1 000 euros (elle s’applique pour les automobilistes qui ont profité d’une aide similaire, financée par une collectivité territoriale).  

Lutter contre la pollution sonore 

En milieu urbain, le bruit est omniprésent, notamment à cause des voitures. 

Avec un mécanisme simplifié, notamment au niveau du moteur, une voiture électrique est nettement plus silencieuse qu’une thermique, avec un volume qui s’élève à 56 décibels (l’équivalent du bruit d’un lave-vaisselle). De quoi rendre les villes plus paisibles au quotidien. 

Un stationnement facilité pour les véhicules électriques

À Paris, les places de stationnement sont rares et chères. Sauf si vous avez une voiture électrique! Dans ce cas, le stationnement sera gratuit. Selon votre statut (résident, visiteur, professionnel), le temps de stationnement autorisé varie (de plusieurs heures à plusieurs jours). Cela concerne également les voitures hybrides rechargeables. Pour en profiter il faudra faire une demande de carte virtuelle auprès de la mairie de Paris. Elle est gratuite et doit être renouvelée tous les 3 ans.  

Vous aurez aussi le droit de stationner sur une ancienne place Autolib’ si la borne de recharge est désactivée. Il y en aurait actuellement plus de 2 000. Les véhicules thermiques, à l’inverse, n’ont pas le droit de s’y garer. 

Les aides à l’achat de la métropole du Grand Paris

Afin d’encourager le passage de véhicules thermiques vers des voitures propres, la métropole du Grand Paris propose une aide financière qui peut aller jusqu’à 6 000 euros (7 000 en y ajoutant la surprime ZFE). 

Ce dispositif peut s’ajouter au bonus écologique et à la prime à la conversion. Cumulées, toutes ces aides peuvent facilement atteindre plus de 17 000 euros. Pour des modèles citadins qui n’excèdent généralement pas 40 000 euros (tels que la Renault Zoé ou la Peugeot e-208 par exemple), cela peut inciter les conducteurs à faire le choix de l’électrique.

Focus sur

L’usage de la voiture électrique en ville

La voiture électrique est réputée pour offrir une conduite particulièrement fluide, notamment grâce à l’absence de boîte de vitesses et d’embrayage. En ville, les sensations de conduite s’en trouveront nettement améliorées : 

  • pas ​​d’à-coups, 
  • pas de risque de caler dans les embouteillages,
  • des démarrages en côte facilités. 

Vous pourrez encore plus profiter des avantages du frein régénératif : en levant le pied de la pédale d’accélération (en anticipant un freinage ou sur une pente par exemple), de l’énergie sera réexpédié du moteur vers la batterie, vous permettant de récupérer facilement de l’autonomie. Ce système de récupération est ainsi particulièrement adapté à un mode urbain, ou les changements de rythme sont fréquents.

Un réseau de bornes qui se densifie

Avec la fin des véhicules thermiques fixées pour 2035 par la Commission européenne, l’installation de bornes de recharge sur le territoire s’accélère. 

Les aides de la ville de Paris 

La ville de Paris octroie une aide qui finance 50 % des travaux effectués par les syndics et les bailleurs sociaux qui souhaitent installer des bornes de recharge dans les parkings de leurs immeubles, à l’usage des résidents ou des visiteurs. 

Les stations de recharge dans la capitale

Il existe aujourd’hui près de 2 000 bornes de recharge à Paris, développées par de nombreux opérateurs. Il faut aussi noter que la région Île-de-France a pour ambition d’atteindre 12.000 bornes de recharge électrique d'ici 2023. 

Pour retrouver toutes les bornes disponibles à Paris, vous pouvez consulter la carte Ulys. Elle vous renseignera sur la localisation des bornes, le type de prises acceptées et la puissance délivrée par chacune d’entre elles. 

Il faut enfin noter qu’après la disparition d’Autolib (le service d’autopartage de véhicules électriques de Paris et son agglomération, qui s’est arrêté en 2018) plusieurs opérateurs ont émergé, en proposant à leur tour un système de location en libre-service. Mais les offres sont complexes, certaines voitures appartiennent à des flottes, d’autres à des particuliers, leurs noms changent chaque année. Ainsi, aucun opérateur ne tire encore son épingle du jeu, et le succès semble pour le moment mitigé.

L'autonomie

Calculer l’autonomie d’une voiture électrique

En savoir plus
L'autonomie

Est-il possible de rouler 800 km en voiture électrique sans recharge ?

En savoir plus
Les aides à l'achat

Le crédit à taux zéro % pour la voiture électrique

En savoir plus
L'autonomie

Combien de kilomètres peut-on faire avec une voiture électrique ?

En savoir plus
Pass de recharge Ulys offert

Ulys recharge votre véhicule électrique !

Avec le Pass Ulys, rechargez votre véhicule sur plus de
30 000 bornes en France, sur et hors autoroutes.

Pour rester au courant :

Tout savoir sur la voiture électrique

La voiture électrique est un véhicule qui possède un moteur électrique associé à une batterie...

Lire la suite

Tout savoir sur la recharge électrique

Comment et où recharger sa voiture électrique ? Et à quel coût ? Combien de temps de...

Lire la suite