Guide d'achat

12 choses à savoir avant d'acheter une voiture électrique

L’électrique est de plus en plus présent sur le secteur de l’automobile, et vous vous demandez peut-être si ce type de véhicule peut vous correspondre. Un véhicule propre ne fonctionne pas comme une voiture thermique et il importe de se renseigner sur toutes ses spécificités.

Système de charge, autonomie, coût, aide, entretien, fiabilité, solutions de location : tour d’horizon des choses à savoir avant d’acheter une voiture électrique.

Il faut connaître ses besoins

Il est important de se poser les bonnes questions avant d'acheter une voiture électrique :

  • Quel est votre besoin en autonomie ? Combien de kilomètres par jour allez-vous parcourir ? 
  • Est-ce que vous conduirez essentiellement en ville (pour des trajets domicile-travail) ? Ou plus ponctuellement sur l’autoroute pour de longs trajets (pour partir en voyage par exemple) ? 
  • Pouvez-vous installer une borne de recharge à la maison ? Ou utiliserez-vous essentiellement des bornes publiques ? 

 

En clarifiant ces différents points, vous pourrez identifier plus facilement les modèles qui vous correspondent, les essayer chez les concessionnaires, et poser des questions aux professionnels du secteur.

La recharge à domicile : pratique et moins chère

Pour recharger votre voiture électrique, vous pourrez faire installer une borne directement chez vous, dans votre garage. Il vous suffira de brancher votre voiture pour qu’elle se recharge (pendant la nuit par exemple). En installant une borne chez vous, vous pourrez d’ailleurs bénéficier d’un crédit d’impôt. Le prix de l’électricité est nettement moins cher que celui du carburant. En moyenne, il faut débourser 2,50 € pour 100 kilomètres contre environ 10 euros pour un modèle essence.

Si vous n’avez pas de garage privatif mais que vous disposez d’une place de parking dans un immeuble, vous pouvez recourir au "droit à la prise" : il suffit d’informer le syndic de votre volonté d’installer (à vos frais) une borne de recharge. Ce dernier a ensuite trois mois pour s’y opposer. Aujourd’hui, les immeubles récents (construits après 2012) sont tenus de pré-équiper une partie des places de stationnement pour accueillir des bornes. 

Si vous effectuez de plus longs trajets, sur l’autoroute par exemple, vous devrez recharger votre voiture sur une borne rapide, sur une aire de services. La recharge sera plus coûteuse car beaucoup plus rapide qu’à domicile (selon la puissance de la borne, 30 minutes pour une recharge à 80%). Il est néanmoins difficile d’estimer le coût sur les recharges publiques, dans la mesure où le prix diffère d’un opérateur à un autre. 

À noter :  avec le pass de recharge électrique Ulys, vous pouvez recharger votre voiture sur la plupart des bornes de France.

Un réseau de recharge de plus en plus important en France

En 2021, la Commission européenne a émis la volonté de fixer la fin des véhicules thermiques à 2035. Pour satisfaire cet objectif, il faut notamment que le réseau de recharge se densifie sur les territoires. En France, on assiste à une vraie accélération en la matière, car aujourd’hui ce sont :

  • 50 000 bornes de recharge publiques disponibles (un chiffre qui a doublé par rapport au début de l’année 2021),
  • 100 000 bornes visées par le gouvernement d’ici fin 2022,
  • Sur l’autoroute, 50 % des aires de services sont équipées en bornes, et la totalité devrait l’être, également à la fin de l’année 2022.

 

Villes, autoroutes, centres commerciaux, hôtels, campings : tandis que les opérateurs déjà établis accélèrent leurs installations, de nouveaux arrivants se pressent aussi sur ce marché des stations de recharge. 

L'application Ulys vous accompagne au quotidien et vous aide à localiser les bornes de recharge, leur disponibilité en temps réel, et leur compatibilité avec votre véhicule.

L’autonomie des véhicules s’allonge de plus en plus

Vais-je pouvoir rouler assez longtemps sans avoir à recharger mon véhicule ? C’est l’une des principales questions pour les futurs conducteurs. Les évolutions technologiques progressent d’année en année et permettent aux batteries d’atteindre aujourd’hui des niveaux d’autonomie qui rassurent les automobilistes et correspondent de mieux en mieux à leurs usages. Alors que la Renault Zoé atteignait un peu plus de 160 km d’autonomie lors de sa première commercialisation, elle en propose aujourd’hui près de 400. Et c’est le cas de nombreux autres modèles qui ont globalement doublé leur autonomie en quelques années. Ainsi, les modèles les plus vendus en France atteignent tous largement plus de 300 kilomètres d’autonomie (c’est le cas de la Tesla model 3, de la Renault Zoé, et de la Peugeot e-208 par exemple), et sont annoncés à des prix inférieurs à 45 000 €, hors aides de l’État.

L’autonomie annoncée diffère de l’autonomie réelle

Les constructeurs annoncent l’autonomie d’un véhicule à partir d’une norme appelée WLTP. Toutes les voitures mises sur le marché (électriques ou non) sont au préalable testées sur un circuit standardisé, qui permet de mesurer ensuite le nombre de kilomètres qu’elles peuvent parcourir sans recharge. Mais ce parcours est effectué sur une route sans relief, avec des conditions météo tempérées, et suivant les bonnes pratiques de l’éco-conduite. Les conditions réelles de conduite sont donc rarement celles du circuit WLP. Pour estimer l’autonomie réelle, on considère qu’il faut retrancher 20 à 30% de l’autonomie annoncée (50% pour une conduite sur autoroute). 

Opter pour de nouvelles habitudes de conduite

Ce qui va vous permettre de rouler longtemps avec une voiture électrique, c’est la capacité de la batterie : 300 km, 500 km, voire 700 km pour les modèles les plus autonomes, cela dépend du modèle que vous choisirez. Mais dans tous les cas, pour optimiser l’autonomie de votre véhicule, la pratique de l’éco-conduite est recommandée. Il s’agit de :   

  • rouler à une allure modérée (une voiture électrique consommera plus d’énergie sur l’autoroute qu’en ville)
  • éviter les accélérations et les freinages brusques,
  • lever le pied de la pédale de frein sur une pente douce ou pour anticiper un freinage par exemple, ce qui va permettre de régénérer la batterie,
  • activer le mode “éco” disponible sur la plupart des véhicules,
  • éviter de surcharger la voiture (coffre de toit, porte-vélos, etc.).

 

Toutes ces habitudes vous feront gagner de précieux kilomètres, en plus de maintenir la bonne santé de votre batterie.

Les voitures électriques ne rejettent pas de CO2

Une voiture 100% électrique ne rejette pas de CO2 et donc ne pollue pas l’atmosphère (hormis la faible quantité de particules fines produites au freinage ou avec le frottement des pneus). En revanche, c’est la fabrication et le recyclage de la batterie qui posent le plus souvent question. La construction d’une batterie nécessite en effet l’extraction de métaux rares (lithium, nickel, cobalt, etc.) dont l’extraction et le traitement produisent des déchets, néfastes pour l’environnement et ses écosystèmes. 

C’est pourquoi les constructeurs cherchent à réduire l’usage de ces métaux, mais aussi à les réutiliser lors du recyclage de la batterie. Malgré ce “coût environnemental” qui intervient principalement lors de la fabrication, et si l’on considère toute la durée de vie d’une voiture, l'électrique reste moins polluant qu’un modèle thermique (2 à 3 fois moins selon l’Agence pour la transition écologique (ADEME).

Les aides à l’achat sont nombreuses

Une voiture électrique coûte plus cher qu’une thermique, ce qui peut freiner les potentiels acheteurs. Afin de les encourager à passer à l’électrique, de nombreuses aides permettent actuellement de diminuer la facture. Parmi celles-ci on retrouve : 

  • le bonus écologique, qui peut atteindre jusqu’à 6 000 € pour les véhicules de moins de 45 000 €. Au-delà, le montant est fixé à 2 000 €.
  • la prime à la conversion, pour ceux qui souhaitent se débarrasser d’un vieux véhicule. Le montant peut aller jusqu’à 5 000 €.
  • les aides des collectivités locales : en fonction de votre lieu d’habitation, votre ville, votre département ou votre région propose peut-être une aide financière pour l’achat d’une voiture électrique. 

 

Toutes ces aides peuvent se combiner les unes aux autres et rendent ainsi plus abordable l’acquisition d’un véhicule électrique. 

À noter aussi que le marché de l’occasion pour les voitures électriques peut offrir de belles opportunités : les véhicules électriques sont plutôt récents, et logiquement, les modèles d’occasions le sont aussi (90% des véhicules d’occasion ont moins de 5 ans). Même s’il reste encore marginal, ce marché gagne des parts au fil du temps. 

L’entretien est moins coûteux que pour un véhicule thermique

Le mécanisme général d’une voiture électrique est bien plus simple que celui d’une thermique, notamment au niveau du moteur. Le véhicule est donc moins sujet à l’usure et aux divers remplacements. Les principaux frais concernent les pneus, les plaquettes de freins ou les essuie-glaces. Avec les années, c’est surtout la batterie qui perd en autonomie et qui nécessite des temps de recharge plus longs. Son remplacement peut représenter une dépense importante. Notons que sa durée de vie est tout de même estimée à 8 ou 10 ans.

Des solutions de location sont proposées

D’autres solutions vous permettent de rouler en électrique sans avoir à acheter un véhicule, qui nécessite de débourser une grosse somme ou de contracter un crédit. La location en fait partie.

Plusieurs formules sont proposées :

La location longue durée (LDD)

La location avec option d’achat (LOA)

La location de la batterie

 

La location longue durée

Elle est très répandue parmi les utilisateurs de voitures électriques. Encadrée par un contrat, elle consiste à payer un loyer mensuel sur une durée définie allant généralement de 1 à 4 ans et un plafond kilométrique. Elle comprend l’entretien et les réparations du véhicule. A la fin de la location, le véhicule est restitué au loueur. L’avantage de la LDD tient au fait que l’automobiliste connaît exactement le montant des frais à venir.

La location avec option d’achat

La principale différence avec la LDD est que le locataire de la voiture peut, s’il le souhaite, acheter le véhicule à la fin du contrat (la somme est définie à l’avance). Les mensualités déjà versées sont alors déduites du prix de rachat. Il faut aussi noter que, contrairement à la location longue durée : 

  • les frais d’entretien et de réparations ne sont pas compris dans le contrat
  • le 1er loyer est parfois conséquent, à la demande de l’organisme financeur (on parle de “loyer majoré”) allant parfois jusqu’à 30% du prix du véhicule.

La location de la batterie

Sur un véhicule électrique, la batterie est l’élément le plus coûteux (et c’est aussi ce qui explique que les véhicules électriques soient plus chers que les thermiques). Certains constructeurs proposent (de plus en plus rarement) des modèles avec la batterie en location. La voiture est alors vendue sans batterie. Celle-ci est ensuite louée via un paiement mensuel. 

Les avantages de cette formule : 

  • le prix d'achat du véhicule est réduit
  • la batterie est garantie pendant toute la durée de vie du véhicule. Dès qu’elle perd en autonomie, ou qu’une usure est constatée, elle est remplacée.

 

Le principal inconvénient lié à la location de batterie porte sur les frais à débourser chaque mois, et qui tournent généralement autour de 100 €. Mais elle fait de moins en moins d’émules, et tend aujourd’hui à disparaître. 

Les voitures électriques sont très connectées

La plupart d’entre elles bénéficient en effet de services connectés, accessibles depuis votre téléphone : niveau de charge, localisation du véhicule… Il est également possible de : 

  • suivre l’avancée de la recharge de la voiture à distance (pratique lors d’une pause sur l’autoroute par exemple),
  • programmer les recharges à domicile, pour qu’elles s’effectuent durant les heures creuses par exemple,
  • planifier l’activation du chauffage ou de la climatisation avant de prendre votre voiture lorsque celle-ci est encore branchée : cela permet d’utiliser l’énergie du réseau électrique plutôt que celle de la batterie, et donc d’économiser son autonomie.

 

Il existe des modèles pour tous les goûts

Il y a quelques années, le catalogue des modèles proposés était encore assez limité. Mais l’offre est désormais de plus en plus large : citadine, berline, compacte, SUV, il est aujourd’hui bien plus facile de trouver un modèle qui correspond à ses besoins, en termes d'autonomie, de budget, et de confort.

Pour conclure, il faut garder en tête que ce sont véritablement vos usages et vos besoins qui doivent guider votre choix. Et surtout, une fois que vous avez repéré quelques modèles qui vous intéressent, n’hésitez pas à aller les essayer chez les concessionnaires. C’est la meilleure manière de se rendre compte de ce qui vous convient le mieux.

L'autonomie

Calculer l’autonomie d’une voiture électrique

En savoir plus
L'autonomie

Est-il possible de rouler 800 km en voiture électrique sans recharge ?

En savoir plus
Les aides à l'achat

Le crédit à taux zéro % pour la voiture électrique

En savoir plus
L'autonomie

Combien de kilomètres peut-on faire avec une voiture électrique ?

En savoir plus
Pass de recharge Ulys

Le Pass Ulys arrive bientôt

Il vous permettra de recharger votre véhicule sur plus de 30 000 bornes en France, sur et hors autoroutes.